Bonjour !

Quelques petites images du célèbre glacier Perito Moreno, tout de même impressionnant !

On peut s’approcher du glacier grâce à des passerelles, il faisait très beau devant le bloc de glace, nous y avons quasiment passé la journée, en écoutant le glacier crisser et en attendant de voir de gros morceaux se détacher. Les enfants s’en sont désintéressés car il y avait des rats sous les caillebotis : c’est le genre de moment où on se sent plus ou moins en phase avec ses propres enfants, mais bon… je crois que le voyage les passionne mais qu’ils n’ont pas toujours les mêmes centres d’intérêts que nous – il faut relativiser…

Ensuite nous avons rejoint El Chalten, sympathique petit village de montagne au pied des sentiers de randonnée et notamment de la grande promenade qui conduit au pied du Fitz Roy, le sommet célèbre des parages. Nous sommes restés une semaine là-bas, dans un gîte, pour nous reposer, fêter Noël, et naturellement faire de la randonnée.

Le hasard a aussi voulu qu’on retrouve à El Chalten, Daniel et sa fille Maïtena, chez qui nous avions été hébergés à Rio Gallegos, il y a je-ne-sais-plus-combien-de-temps – nous perdons la notion des jours, des semaines… Daniel et Maïtena passent la première semaine des grandes vacances d’été avec leur groupe scouts (ici, saisons inversées). Ils nous ont conviés à passer les voir et à participer à un assez incroyable concours de crêpes ! L’épreuve était complète : confectionner la pâte, allumer un feu – et par un temps particulièrement humide, vu qu’il a plu quasiment toute la semaine -, cuire, décorer. Les enfants y ont été à grand renfort de colorants, chocolats, bonbons,… un vrai grand carnage de crêpes ! Nous y aurons appris l’art et la manière d’allumer feu dans un trou, et il n’est pas étonnant que les patagoniens fassent ainsi, vu le vent dans les parages. Ça nous a fait très plaisir de les revoir.

Nous avons passé Noël avec une famille très sympathique que nous avions croisée à Torres Del Paine. Le lendemain, les enfants ont eu leurs cadeaux : principalement des jumelles pour Loup et une longue-vue pour Charlie. Comme ils ne croient plus au père Noël, ils avaient pu choisir un cadeau de circonstance, que l’on puisse trouver dans les magasins de randonneurs de la région.

Maintenant, nous voyons les guanacos en beaucoup plus net.

Depuis, nous avons quitté notre confortable cabaña, la semaine là-bas est passée à la vitesse de l’éclair, pour reprendre la route, direction le nord (jusqu’à la fin du voyage) par la route des Andes.

Bise, profitez-bien des vacances, on vous souhaite une année 2020 de folie !