Nous ne sommes pas encore partis mais le camion est en route. Vu qu’il est hors gabarit pour entrer dans un container, il voyage en RORO (Roll On Roll Of) c’est-à-dire directement garé en soute sur un gros porte-container. Ça a déjà été pas mal de stress cette histoire-là car un navire a coulé au début de l’année, exactement le même que celui sur lequel nous avions une place, de la compagnie Grimaldi. L’enquête a montré que la compagnie ne savait pas très bien ce qu’il y avait sur le bateau et effectivement, comme le tarif dépend du volume du véhicule, auparavant, les gens ne déclaraient pas le chargement et apparemment, quelque chose a pris feu. Changement de règle, donc, et déclaration complète du contenu du véhicule (6 fourchettes, un pelle, 20 vêtements d’enfants, 4 paires de tongs…), et des interdits concernant tout ce qui est inflammable : plus de bouteilles de gaz (on s’en fiche, on n’en a pas), pas de batteries, pas de piles.

Nous avons emmené le camion au port d’Anvers début juin où nous l’avons laissé sur un immense parking avec un petit code-barre collé sur la fenêtre, nos affaires dedans et tout ouvert avec les clés sur le siège. Ensuite, nous avons reçu un papier nous indiquant que notre véhicule avait bien embarqué sur le Grande Francia, à destination de Montévidéo, en Uruguay. A partir de ce moment là, il n’y a plus qu’à espérer que tout se passe bien !

Le camion devrait arriver le 15 juillet et être entreposé jusqu’à notre arrivée par le transitaire, c’est-à-dire la société qui s’occupe de réserver des places auprès de la compagnie maritime. Pour ceux qui s’intéressent à ce genre de logistique, on passe par Wave-VS, bien connu des français car ils sont francophones et travaillent précisément à Montévidéo.

De notre côté, nous prendrons l’avion le 21 juillet pour arriver le 22 à Buenos Aires et prendre le ferry le jour même jusqu’à Montévidéo. Vu qu’il y a une journée de dédouanage, nous devrions récupérer le camion le 24.

Ce sera le vrai début du voyage!